(Et en bonus : quand on ne sait pas où on va ?)

 

Il semble qu’il y a 2 types de voyageurs.

D’un côté, ceux qui rêvent de partir avec pour tout bagage une brosse à dent, une carte bleue et un passeport. S’affranchir de tout, c’est déjà le voyage.
De l’autre, ceux pour qui cette idée est une angoisse.

Selon l’adage connu de tous les randonneurs : “tout ce que tu emportes, tu le portes”. Porter au sens “tu vas l’avoir sur le dos ou dans ta valise au bout de ton bras, et tu te demanderas si tout ça était bien utile.”

 

Quand j’avais 19 ans, je suis partie en randonnée avec deux copines qui ont hérité du gène de la randonnée. Chez moi, la paire de chaussures qui s’approchait le plus d’une chaussure de rando était une basket de ma mère à talon compensé, à paillettes.

Totalement novice donc, je suis partie avec le plus gros sac de notre cordée de 3. C’était à cause de mon discman et du CD de Savage Garden que j’avais emmené pour m’endormir. Et pourtant, j’avais oublié mon sac de couchage, ma gourde…

 

 

En vieillissant, voyager léger est devenu synonyme de liberté, de coupure avec les mille choix du quotidien, finalement de plaisir de ne pas pouvoir choisir.
Il faut comprendre que la technique de “paquetage” dont on parle ici comporte une part de jeu et de hasard indéniable, qu’il faut accepter. En effet, si erreur météo il y a, on l’a dans le baba. Inutile de vous parler du jour où je n’ai pas consulté la météo du bon “Saint-Jean” en allant à Saint-Jean-de-Luz (pas exactement la destination la plus aride du pays – ça aurait du me mettre la puce à l’oreille – ou plutôt le pantalon dans la valise).

 

 

BREF.

Il faut se poser les bonnes questions – les seules, les vraies ! :
1/ Il y a combien de jours dans le voyage ? (nombre de culottes et de tops)
2/ Va-t-il faire beau ?, chaud ou froid ? (manteau, veste, écharpe, pull, chapeau + quelles chaussures, chaussettes…)

3/ Il y a combien de situations possibles ? (balade, cérémonie des Grammy Awards, course Pop In, apéros)

 

EXERCICE

“Nous sommes jeudi 4 octobre. Demain, tu pars au Pop In Mystère… Que mets-tu dans ta valise ?”

 

REPONSE

2 jours de voyage = 2 culottes + une culotte en plus au cas où (une grève, un accident menstruel batard, un jour de vacances de rab, parce que finalement.)

 

 

4 situations possibles :

  • 1 tenue de sport pour la journée de Pop In (n’oubliez pas vos baskets) (Attention, piège : le Tshirt est fourni donc un de moins à embarquer !)
  • 1 tenue pour le dimanche : 1 short ou 1 robe. 1 jean pour le retour à la réalité le soir quand tu reprendras l’avion (eh oui).
  • Des baskets légères ou chaussures ouvertes confortables ou encore des tongues (30 points, les tongues, ça pèse rien !)
  • 1 tenue pour la soirée : votre robe préférée ou votre ensemble préféré pour être comme vous vous aimez (après vous être trouvée gluante, rouge mais souriante toute la journée). N’oubliez pas les chaussures avec lesquelles vous pourrez danser jusqu’au petit matin.
  • 1 apéro (minimum !) : un pull et un blouson
  • De la déco pour les oreilles, le cou, les doigts (mais pas un arbre de Noël)
  • La trousse de toilette avec une brosse à dent, une crème hydratante, dentifrice, lotion micellaire, cotons (pour autant de jours), pierre d’alun, crème solaire, des boules quies si votre popeuse ronfle.
  • Du maquillage si nécessaire mais pas de quoi vous déguiser en personnages du Cirque du Soleil.
  • Des lunettes de soleil
  • 2 maillots de bain
  • Du doliprane/nurophen
  • Un livre, un masque pour les yeux et un mini oreiller pour le vol du retour.

 

Précisons que cette assemblage de valise est aussi dite “sans filet” = pas de back up.

 

(c) Cecile Dormeau, Alain Delorme, Ilka Mészely, Nekoto