Virginie / Gorges du Tarn

Partager sur FacebookPartager sur Twitter

Le plan de départ était de partir au Monténégro pour être au cœur de la nature, faire du sport en eaux vives, crapahuter sur des grosses rando qui finissent les pieds dans l’eau ! 

Au vu du prix des billets d’avion, d’un super reportage sportif (et peut-être de l’organisation de dernière minute) le choix est fait : on prend la voiture, on change de destination, mais on garde les activités en eaux vives, la rando, la nature, la chaleur et les petits villages typiques. 

 

Du coup, c’est parti pour les Gorges du Tarn, dans le Sud de la France !

L’idée est de se déconnecter, pas seulement de nos mails, de nos téléphones, mais aussi de la civilisation, du confort quotidien, des gens, et de partir à l’aventure sportive ! L’aventure, ça commence d’abord par un tour Au Vieux Campeur. On met dans son sac une tente ultra légère, un duvet super compact avec tapis de sol intégré, une popotte super résistante, un sac à dos étanche, des bonnes chaussures qui résisteront à tout… (finalement on en revient au prix du billet d’avion pour Podgorica, mais oublions ce point rapidement !)

 

 

Et on commence par la première aventure ! La traversée des Gorges en kayak. Objectif 6h de navigation par jour pendant 3 jours. Des paysages simplement incroyables, un soleil qui tape mais une eau ni trop chaude pour nous rafraîchir à souhait, ni trop froide pour apprécier les pauses baignades. Des cascades accessibles qu’en kayak, des falaises à sauter à chaque virage, des villages quasi abandonnés où faire des parties de cache-cache déroutantes ! 

 

Le soir, quand la rivière se vide des quelques touristes qui la fréquente, le challenge est de trouver un petit coin de rive calme pour planter la tente. Rive gauche, toujours ! La seule rive inaccessible aux voitures, aucune chance d’être dérangé ! Et quand il n’y a pas de rives où planter sa tente, tant pis, le ponton au milieu de la rivière sera parfait pour une nuit à la belle étoile, bercé par les castors et chauves-souris ! Par contre, niveau d’intimité = zéro, du coup faire pipi accroupie devant son mec = check !


Après 3 jours de rame intense, nous voici en avance sur notre programme ! Nous avons avalé les 48 km de rivière, de pique-nique les pieds dans l’eau, de rigolade, de chutes dans les rapides en 3 jours au lieu de 4, et on en redemande !

 

Deuxième aventure improvisée : une voie d’escalade de 110m de haut ! Et tout ça à 7h30 du matin, car impossible de griller comme un lézard sur sa falaise à 14h sous 39°C. Au bout de quelques minutes de grimpe, on domine les Gorges, on se retrouve à la hauteur des vautours de 3m d’envergure. Un instant juste magique, même si entre deux regards vers le paysage on vérifie qu’on est bien accroché et que notre copain nous assure toujours. On ne sait jamais, ça fait seulement 6 mois qu’on est ensemble, un “accident” est si vite arrivé !

 

Finalement, tout va bien, retour les pieds sur terre par un “petit” rappel de 60m qui n’aurait fait peur à aucune popeuse bien sûr ! Fin de journée : baignade bien méritée dans l’eau turquoise qui coule entre les rochers, pause hamac et mots croisés !  

 

 

Mais je crois qu’on n’a pas assez insisté sur le thème du voyage : la déconnexion à la civilisation. Le bivouac c’est magique, on est seul au monde entouré d’une nature splendide, mais, on a oublié les douches, la vaisselle à l’eau propre, l’électricité, les affaires propres, tout ça, tout ça ! Alors c’est décidé, au bout de 4 jours sans vrai douche, on va au camping, le grand luxe, avec ses douches, son eau chaude pour la vaisselle, ses prises électriques !

Et on est prêt à repartir pour la troisième et dernière aventure ! 3 jours de rando pour finir les vacances. Plus question que ce soit le kayak qui transporte la tente, le réchaud, le duvet, ce sera nous ! Alors après plus d’une heure de Tetris avec son sac et ses affaires, on est prêt à partir ! Et il fait chaud, mon dieu qu’il fait chaud et ça grimpe, mon dieu que ça grimpe, on crapahute même sur des échelles suspendues dans le vide, mais mon dieu que ça vaut le coup, on est à plus de 150m au-dessus des gorges, avec une vue imprenable sur le Tarn qui a l’air minuscule ! Mon dieu, que les gens croisés sont sympathiques, tous aussi admiratifs que nous du paysage, seulement 10 personnes croisées en trois jours, c’est là qu’on se dit qu’on est vraiment fous de faire ça. La montagne nous appartient, notre tente est seule au monde posée au bord de la falaise, au milieu de cette petite clairière sous les milliers d’étoiles qu’on se surprend à compter comme si on était encore en colo !

 

Ahhhh ces vacances sont magiques ! Magiques, même si la nature nous rappelle vite que nous sommes sur son territoire quand on se réveille à 5h du matin avec 150 piqures qui nous grattent à en crier, à en pleurer. Chenilles, fourmis rouges, araignées, on ne saura jamais, mais on a de quoi penser à ces vacances encore quelques jours. Après avoir couru sur le dernier kilomètre de la rando, pour pousser le challenge jusqu’au bout, l’aventure s’arrête, on retrouve la voiture et la civilisation, ressourcé comme jamais.

 

Bon, ok, on ne vous dira pas, pour ne pas casser le charme de l’aventure, que pour notre dernière nuit dans les Gorges, on s’est payé une super chambre d’hôte avec jacuzzi, piscine, massage, terrasse face aux montagnes, gros petit-déjeuner, mais on vous conseille quand même le Soleilo à Mostuéjouls, géré par Isabelle et Laurent qu’on adore. Et pour le kayak, l’escalade ou encore le canyoning, et surtout le ponton au milieu de la rivière, contactez Esprit Nature, basé à Aguessac.

 

Les vacances d’Anastasia à Belle-Île-en-Mer par ici 🌊