Qui se cache derrière Utrecht ?

Partager sur FacebookPartager sur Twitter

Pour celles qui ne le savent pas, Pop In the City est entièrement fait maison. Une maison, on pourrait presque dire un hub, où bouillonnent 5 cerveaux qui s’occupent de la création des événements, de la communication et de l’organisation des raids et de la soirée.

  • 3 co-fondatrices : Marie, Sophie et Clémentine.
  • 2 stagiaires : Maëva et Florence.

 

Avec trois événements cette année, les fondatrices se sont partagées les villes, et pour Utrecht : ce sont Marie et Clémentine qui s’y sont collées !

Petite interview des 2 concernées (schyzophrène, puisque c’est Clémentine qui écrit cet article et s’autopose les questions – elle a ligoté Marie dans le placard) :
Clémentine journaliste : Comment ça s’est passé Utrecht ?
Marie et Clémentine : Très bien ! Dès notre premier déplacement à Utrecht nous sommes tombées amoureuses de cette ville. Le centre est superbe, il n’y a presque pas de voitures donc le silence règne très souvent, il y a beaucoup d’arbres qui bordent les canaux, c’est charmant. Ce qui contraste cependant avec les villes de province, c’est le dynamisme des jeunes à Utrecht. Il y a sans arrêt de nouveaux concepts, une vraie dynamique au niveau du design, de la musique, de la restauration.

 

Clémentine journaliste : Et pour l’organisation ? Avez-vous vu une différence avec les villes précédentes ?
M&C : Oui, complètement. Toutes les villes précédentes étaient des villes de l’Europe du sud, latines avant tout. Même si Aix-en-Provence est une ville réputée bourgeoise, la culture reste méditerranéenne. À Utrecht, on a affaire aux Hollandais, une culture négociante forte et des commerçants hors pair ! La manière d’aborder Pop In the City, de convaincre les intervenants de participer aux challenges, les étapes de création de course, tout a du être revu puisqu’il fallait convaincre avant d’avoir accès à quoi que ce soit.

 

Clémentine journaliste : Mais alors du coup vous êtes en train de nous dire que la course va manquer de folie ?
M&C : Pas du tout !!! Ca va être totalement surprenant pour les popeuses qui ont participé jusqu’à maintenant aux autres éditions de Pop In the City ! Non seulement le cadre change des villes italienne, portugaise ou française, mais en plus la culture néerlandaise a beaucoup influencé la course ! Les valeurs hollandaises, l’architecture, le mode de pensée sont différents. La ville est petite. Cela nous a obligées à aborder les challenges autrement, donner un nouveau souffle à de nombreux challenges, créer des pré-challenges qui forceront les popeuses à convaincre les néerlandais de faire des choses inhabituelles.

 

Clémentine journaliste : Quel est le challenge le plus extrême ?
M&C : Vous croyez quand même pas qu’on va vous le dire ?? Bon, ok Marie on peut donner des infos… On peut dire que ça n’a jamais été fait. Que c’est un peu rond, un peu cylindrique, un peu en brique… bon… on peut aussi dire que…

 

Clémentine journaliste : et les challenges solidarité ?
M&C : il y en a pour tous les goûts, entre l’aide à une association de quartier, et le commerce équitable, très cher aux locaux, tout comme le bio. Et puis on surfera aussi sur le tragi-comique. (Quoi c’est incompréhensible)

 

Clémentine journaliste : Est-ce que vous nous réservez l’accès à des lieux insolites, ou fermés au public ?
M&C : Bien sûr !! Nous avons, grâce à l’appui de la mairie, réalisé l’impossible. Et nous allons aussi, par le biais d’intervenants eux-même insolites, vous faire découvrir des quartiers cachés. On a même un happening incroyable, qui n’arrivera qu’une fois dans toute l’histoire cyclistique hollandaise.

 

Clémentine journaliste : Et le dîner ? et la soirée ?
M&C : Ah, ça ! ça promet d’être grandiose ! Vous aurez accès à un endroit magnifique pour une soirée d’exception, et cela changera encore du palais italien, de la caserne des pompiers et de la plage sur l’océan.

 

Clémentine journaliste : Que voulez-vous dire aux Popeuses ?
M&C : Il va falloir faire tomber les barrières culturelles ! Nul doute que votre charme, votre audace et votre détermination auront raison du « nordisme » des Utrechtois… Ce sont des gens adorables et si fiers de leur ville, ils seront flattés de vous la faire découvrir… À vous de jouer !