Un dernier portrait par notre espionne Toulousaine, Florence.

 

Le secret est toujours bien gardé autour des challenges Pop In The City, il faut s’accrocher si on veut savoir avant l’heure à quelle sauce on va être mangées. Mais à Toulouse, la probabilité est grande pour que vous vous retrouviez à un moment ou à un autre avec un ballon ovale entre les mains. Alors, au cas où, je suis allée parler rugby avec Jean-Marie Cadieu, triple Champion de France. 

Un petit mot sur Jean-Marie Cadieu
Il est de l’ancienne génération, celle d’avant la professionnalisation des joueurs. Originaire de Tulle en Corrèze, il a commencé le rugby à l’âge de 7 ans. En 1981, à 18 ans, il vient à Toulouse pour ses études et intègre le Stade Toulousain au poste de deuxième ligne. Triple Champion de France (en 85, 86 et 89), il sera ensuite sélectionné 16 fois en équipe de France, participera une fois au Tournoi des Cinq Nations et jouera la Coupe du Monde 1991.
Son plus beau souvenir ? Son premier titre de Champion de France, cette fierté de toucher le bouclier de Brennus, la consécration, à seulement 21 ans.

 

Le rugby dans la peau
« C’est un sport difficile qui exige un engagement total, avec un côté guerrier, mais qui véhicule des valeurs fondamentales, comme le respect, le dépassement de soi, le partage. C’est une passion, une aventure humaine. Sa richesse réside dans tout ce que l’on partage avec ses coéquipiers. On atteint des niveaux d’adrénaline extrêmes, notamment dans les phases finales, on tutoie les étoiles, on se croit intouchable. »

 

Le rugby, un art de vivre dans le Sud-Ouest
« Les règles du rugby sont souvent assez obscures pour les non-initiés, mais c’est un sport qui arrive à séduire de plus en plus, surtout grâce à l’ambiance qui va avec. Il s’agit d’un sport anglo-saxon, arrivé en France par le Havre, avec les dockers anglais (le plus vieux club se situe d’ailleurs au Havre : le Havre Athletic Club). Mais ce n’est pas un hasard si le rugby s’est si bien implanté dans le Sud-Ouest. Dans une région où « mêmes les mémés aiment la castagne », comme le disait Nougaro, le rugby devient une manière licite de se ″foutre sur la gueule″. »

 

Leçon de stratégie pour novices
« Au rugby, il faut se projeter vers l’avant tout en se faisant des passes en arrière. On pourrait le caractériser comme un sport de combat, mais collectif. Chaque joueur a un adversaire direct sur le terrain. Il faut que chacun arrive à prendre l’ascendant sur son adversaire direct pour que l’équipe arrive à l’emporter. Il ne faut pas avoir peur de l’affrontement, du contact. Il faut de bons buteurs aussi, car le jeu au pied est important. Il faut transformer les phases d’occupation du camp adverse, concrétiser avec des points marqués. Le rôle de chacun est parfaitement établi, pour amener à l’osmose la plus parfaite possible. Le collectif qui se construit, cela demande l’adhésion et le travail de chaque joueur. »

 

Le conseil de Jean-Marie aux popeuses 
« Le rugby, c’est une aventure commune, l’individu dans un groupe, qui doit mettre son enthousiasme, son énergie, ses qualités athlétiques et son esprit d’initiative au service du collectif. Chacune peut trouver sa place, c’est ce qui fait la beauté du sport. Donnez la pleine mesure de vos moyens ! »
————————————————————————————–
BONUS – Le meilleur spot du moment pour regarder un match ?
Pour moi, le Brennan’s Bar, à Castelginest. Un pub brasserie tenu par Trevor Brennan, ancien du Stade et international irlandais. Cadre sympa, retransmission des matches sur grand écran, bonne ambiance.