Etre aussi zen qu’un yogi n’est pas donné à tout le monde. Aujourd’hui, rencontre avec Elizabeth qui va vous apprendre à vous contrôler et à RE-LA-TI-VI-SER. Il y a d’autres alternatives qu’une « tarte aux doigts » à votre voisin de métro qui écoute la musique trop fort. OMMMMMM !

Peux-tu te présenter ?
Je réside à Séville depuis 28 ans. De toujours attirée par l’Asie où j’ai aussi vécu et voyagé, mes pas se sont cependant fixés en Andalousie. Le destin! Un projet professionnel au départ. J’ai eu la chance de participer à la préparation de l’Exposition Universelle de 1992, à Séville, puis depuis Tokyo, mais cette fois je suis revenue m’installer à Séville. La beauté et la qualité de vie que j’ai trouvées ici m’ont envoutée. Et ensuite, je suis devenue maman d’une petite fille qui m’a fait déposer mes bagages.

La philosophie orientale est cependant bien ancrée en moi et c’est ici que j’ai commencé ma pratique du Qi Gong (Chi Kung) avec un grand maître taoiste français Alain Baudet, qui est venu donner des séminaires ici pendant de nombreuses années. Cela m’a amenée à étudier et pratiquer d’autres techniques energétiques et j’ai finalement développé un projet consacré aux méthodes de santé naturelle et de bien être, orientales et occidentales, avec la collaboration de très bons professionnels de différentes disciplines. Nous proposons des cours de formation et de l’attention individuelle. Ce projet s’appelle Hylé Integral, et bien qu’il soit devenu ma principale activité professionnelle, je le considère surtout comme mon évolution personnelle.

Aujourd’hui, ce qui me tient le plus à coeur, c’est le retour à la nature, au naturel. La vie moderne nous sépare de nous-même et il suffit de quelques jours d’inmersion dans la nature pour nous rendre compte à quel point nous en avons besoin pour nous réequilibrer. J’ai donc développé les « escapades santé », des séjours détox dans des gîtes ruraux situés dans de très beaux parages andalous avec des activités dont le but est de rentrer ensuite à la maison pleins d’une nouvelle vitalité et ayant acquis des téchniques et des gestes simples, des habitudes saines, et sutout une expérience personnelle unique dans un monde de sensations qui affleurent lorsque le mental se calme et que nous reprenons conscience de notre véritable Moi.

 

Ton signe distinctif ? Ce qui te rend originale ?

Très indépendante, rebelle et passionnée, je ne me contente pas des idées reçues et des demi mesures. J’ai besoin de sentir et de comprendre depuis mon intérieur. Quand je rentre dans l’action, j’emploie toute mon énergie et cette force intérieure qui se manifeste lorsque je suis convaincue d’être sur le bon chemin, et que j’ai bien heureusement appris à canaliser au fil des années avec la maturité et la méditation, entre autres.

 

Ce que tu voulais faire petite ?

Je n’ai jamais été très pragmatique et donc quand je rêvais ce n’était pas d’un métier. Mon univers, plein de questions, était dans les livres que je dévorais et une mappemonde au mur qui me fascinait, sutout la grande tache blanche du Groenland, qui représentait peut-être, inconsciemment, mon futur à explorer.

 

Dans quel environnement as-tu grandi ?

Je suis née à l’étranger et mon père qui travaillait dans l’aviation changeait souvent de destination. Mon monde était donc cosmopolite, changeant, coloré et sans racines. La réalité changeait d’un pays à l’autre. Les véritables valeurs étaient déjà intérieures, les distances n’existaient pas. Mon apprentissage a été principalement guidé par l’ouverture d’esprit et l’autonomie. Je suis devenue aussi profondément nomade dans l’âme.

 

Ce qui t’a poussée à te lancer ?

Ma propre dynamique m’a fait prendre l’envol en solitaire dès que j’ai pu, et puis je me suis laissée guidée par mon intuition et mes coups de coeur. Lorsque je regarde en arrière, je me rends compte que Hylé Integral est le fruit de toutes mes expériences personnelles et professionnelles.

 

Ce qui t’inspire ?

La vie m’inspire !

 

Ce que tu fais pour changer (un peu ?) le monde ?

Il y a de très belles choses dans ce monde, c’est surtout notre perspective que nous devons changer quand tout nous parait laid. Voltaire disait « il faut cultiver son jardin » et je suis convaincue que nous devons partir de là, cultiver les valeurs simples et essentielles et faire en sorte que nous nous plaisions dans notre propre monde. Si chacun de nous agissait en sorte, le monde serait un grand parc fleuri. Cela parait sûrement très utopique dans ce gigantesque système de production/consommation que certains confondent avec qualité de vie et bien-être. Mais il suffit de faire le premier pas vers une vie de pleine conscience de ce que nous voulons vraiment pour nous mêmes. C’est ma philosophie de vie, issue de ma propre expérience, et c’est forcément ce que je transmets à travers mes actions et dans l’espace que nous avons créer à Séville. Si cela peut aider à changer certaines perceptions et manières de vivre plus nocives, je m’en réjouis.
La ville qui te ressemble le plus ?

Je ne connais aucune ville qui me ressemble vraiment actuellement (peut-être à découvrir!). Si, un petit hameau, dans le sud de la province de Cadix, en bord de mer, entouré de montagnes et de pinèdes qui s’appelle Bolonia; un espace sauvage, ouvert sur l’horizon.

 

Pour être aussi zen qu’Elizabeth, filez voir ses techniques d’auto-massage (sans dessin mais en français ou en espagnol avec dessins ici) que nos popeuses de Séville ont pu découvrir.

Par ici tous les challenges de notre édition sevillane