Devenir une crack de la résolution d’énigmes

Partager sur FacebookPartager sur Twitter

La questions est sur toutes les lèvres : comment être plus efficaces à Pop In the City ? Comment résoudre les énigmes ?

Encore plus difficiles qu’une descente en rappel et plus indigestes qu’une tête de porc à 9h du matin… 

Alors on vous donne ici de VRAIS conseils.

 

 

C’est vrai, on ne vous ménage pas. Charades, équations à triple inconnue, oxymores sans queue ni tête…

Elan de gentillesse ou soupçon de pitié ? Aujourd’hui nous vous livrons quelques clés pour devenir une crack des énigmes et tenter d’exploser vos stats sur la prochaine édition.

 

Pour les novices : au départ de Pop In the City, on vous remet un roadbook composé d’énigmes + une feuille de pointage sur laquelle vous ferez valider vos challenges. Chaque équipe se voit aussi attribuer une zone de challenges par laquelle elle doit obligatoirement commencer.

 

1. on ne va jamais loin lorsqu’on ne sait pas où on va

Lisez l’énigme jusqu’au bout. Sans vous précipiter. On ne s’arrête pas à la première phrase en se disant “oh my god I don’t speak this language”.

Prenez-y-vous énigme par énigme, pour éviter de survoler la totalité du roadbook et de n’y rien comprendre.

N’allez pas croire qu’on vous prend pour des quiches, c’est comme ça que ça marche.

 

2 recommandations :

  • Résoudre le maximum d’énigmes avant de commencer la course ; après, on n’a plus le temps !
  • Résoudre toutes les énigmes de sa zone en priorité, pour savoir où aller, et profiter de l’éventuelle attente sur un challenge pour résoudre le reste des énigmes

2. On ne vous donne pas une carte pour faire des origamis

Utilisez la carte que l’on vous a fournie et regardez-la sous toutes les coutures : devant, derrière, légendes comprises, pour essayer d’identifier des éléments reconnaissables dans le roadbook, notamment dans la “sémantique”. Quand on dit “en C2”, c’est potentiellement la case C2 de la carte. Ou encore “sur l’hôtel en plein centre, …” : le milieu de la carte, le H de hôtel, et au-dessus : miracle, le lieu que vous cherchez.

NB : il est donc plus sûr d’utiliser la carte remise au retrait des dossards car le C2 de votre guide n’est certainement pas un C2 universel :)

Il est parfois aussi utile d’utiliser le City Guide que nous avons créé.

 

Certaines infos restent incompréhensibles ?

Faites appel aux locaux. Ils connaissent la ville comme leur poche. C’est une valeur sûre.

 

Sinon, côté rédaction, on se la joue grave. Personnifications, métonymies, synecdoques, hyperboles… Pas de doute, chez Pop In on a le sens de la figure de style. Mais ne cherchez pas trop loin : derrière le paon se cache souvent un bête oiseau.

3. si tu trouves le nom d’un challenge “concept”, sache qu’il n’est JAMAIS DONNÉ PAR HASARD

En effet, chaque nom de challenge vous donne un indice sur ce que vous allez faire. La rédaction des énigmes est un moment de teambuilding chez Pop In. 

On vous dresse le tableau : 6 femmes un peu barrées, des jeux de mots, et beaucoup beaucoup de surenchère. Chacune y va de son petit commentaire pour corser le jeu.

C’est comme ça que l’énigme d’un challenge Paddle à Hambourg initialement appelée « Du pain sur la planche » est devenue « Des miches sur la planche ».  Explication : le paddle est une planche et l’exercice périlleux. La pratique implique du travail, autrement dit du pain sur la planche. 

En langage familier, le pain est aussi appelé « miches », petit nom doux faisant également référence aux attributs féminins. On obtient donc « Des miches sur la planche ». Croustillant non ?

 

4. ORGANISER SA COURSE

Vous n’êtes pas des poulettes sans tête. Les énigmes résolues, les lieux identifiés, vous n’avez fait que la moitié du travail ! Il faut ensuite organiser votre journée.

En épiant les équipes les plus organisées, voilà les techniques :

 

  • 5 stabilos de couleurs différentes, pour marquer le lieu des challenges de chaque catégorie sur sa carte ! Parfait pour identifier les challenges peu éloignés les uns des autres et compléter ses séries
  • Ne pas hésiter à se rendre sur les challenges plus éloignés, jamais surchargés et où on peut vraiment en profiter
  • Demander aux autres équipes d’où elles viennent et où elles vont, pour avoir des avis sur les challenges et pourquoi pas faire la route ensemble

 

5. Alternative au succès non garanti

Kidnapper une membre de l’équipe. La ligoter à une chaise et tenter de lui faire cracher le morceau. Solution radicale mais efficace. 

A priori, les membres de l’équipe sont surentraînées et ne cèdent pas à la pression psychologique. Mais chacune d’entre nous a ses failles, à vous de les trouver. Par exemple – et à tout hasard -, Clémentine vendrait père et mère pour un carré de chocolat noir. 

MAIS, Aurélie et Marine sont en charge de deux courses sur les éditions de l’année… En voilà un kidnapping rentable pour pulvériser de l’énigme.

 

Plongez dans la création de course à Lisbonne et découvrez nos 3 coups de coeur à Toulouse !