Ce qu’en pense le Maire de Nice…

Partager sur FacebookPartager sur Twitter

En février, l’ex-Maire de Nice, Christian Estrosi, avait répondu à nos questions sur ce qu’apportait Pop In the City à sa ville…

Comment et pourquoi votre ville s’est laissée convaincre d’avoir 500 femmes qui investissent ses rues le temps d’une journée ?

Depuis 2008 et avec plus de 1 600 événements par an, la ville de Nice est redevenue une ville d’événements, de sports et de défis. Lorsque les organisatrices de Pop In The City sont venues nous présenter leur projet nous n’avons pas hésité une seule seconde. En une seule journée était proposé aux participantes la quasi-totalité de l’offre sportive et culturelle de la ville de Nice ? De la course à pied, de la boxe, des sensations fortes, la découverte de notre patrimoine, de notre Histoire et de notre savoir-faire local, la mise en valeur de nos musées, la découverte de lieux pittoresques…

Par ailleurs, nous avons immédiatement remarqué et apprécié le professionnalisme et le dynamisme des organisatrices. Il s’agit de quelque chose de primordial pour une collectivité de se sentir en confiance avant de se lancer dans un projet comme celui-là. C’est un moyen unique et exceptionnel de découvrir ou redécouvrir notre ville en l’espace d’une seule journée.

 

En terme d’organisation/logistique, quel travail cela implique pour vos services ?

C’est très facile de travailler avec les organisatrices de Pop In The City. Elles n’attendent pas que la ville solutionne les problèmes. Elles réfléchissent en amont, nous proposent des solutions. Pour la collectivité, cela demande un travail de coordination entre les différents services de la ville et les organisateurs, afin de pouvoir réaliser l’ensemble des épreuves et monter à bien le projet. Cet événement implique une gestion de la sécurité, mise en place avec la police municipale, comme pour toute organisation de manifestation en centre ville. (…) C’est une véritable collaboration.

 

Le caractère féminin du raid est-il essentiel pour vous ? Avez-vous communiqué différemment sur cet événement par rapport à un évènement/raid mixte ?

Je ne dirai pas qu’il est essentiel mais atypique et original. Ce qui est essentiel est le coté « aventure humaine et partage d’émotion » que procure cet événement. Qu’il soit 100% féminin renforce très certainement ces valeurs de partage d’aventure ou finalement, tout le monde gagne. La communication sur cet événement portait plus sur le côté original et émotionnel que sur la compétition sportive en tant que telle. Au niveau des moyens mis en place, nous avions entre autre utilisé nos réseaux d’affichage publics ainsi que nos outils web (site internet, réseaux sociaux). Nous voulions offrir l’opportunité au plus grande nombre de Niçoises, de profiter de cette belle aventure où la camaraderie, partage et curiosité l’emporte sur le chrono ou le classement.

Quelles retombées (directes et indirectes) estimez-vous que Pop In The City a eu pour votre commune ?

Il est difficile de quantifier les retombées. En revanche, ce que je peux dire est que tout le monde était heureux. Heureux d’avoir aidé, heureux d’avoir couru sur la Promenade des Anglais, heureux d’avoir pu profiter de  la vue panoramique sur la Colline du Château, heureux d’avoir découvert des lieux secrets, heureux tout simplement. La ville de Nice a été très honorée d’avoir été choisie par les organisatrices en 2014 et nous sommes très heureux qu’elle soit cette année encore le théâtre d’une aventure hors norme.

Pop In The City rend les gens heureux à Nice et c’est pour moi la plus belle retombée.