Aaaaah, la Sicile. Depuis qu’elle est allée à Palerme avec ses parents il y a une dizaine d’années, Jeanine* rêve d’y retourner.

Lorsqu’elle sort de l’aéroport de Catane, une « impression de Corse » la saisit : odeur de résine et de pin, grands-pères chauffeurs de taxi à lunettes de soleil, chaleur sèche.
Son ami local vient la chercher en voiture, enfin dire qu’il arrive en dépanneuse avec Mario serait plus juste. La Fiat Punto a déjà rendu l’âme sur le parking. L’aventure commence.
Quelques coups de pince plus tard, voilà Jeanine en route pour Syracuse. Si le nom sonne déjà comme un décor de théâtre antique, la réalité n’en est que plus belle.

Dans Ortigia, la presqu’île, Jeanine et son ami ont loué un Airbnb, composé à 90% d’une terrasse incroyable depuis laquelle ils écoutent toutes les conversations des voisins et les casseroles des cuisines du resto à côté. Azzurro d’Adriano Celentano en fond sonore, c’est là que bat le coeur de la Sicile.

S’il fallait élire un Paradis sur Terre, Jeanine donnerait aveuglément sa voix à la belle île italienne. Pourquoi ?

 

1/ Pour la tendance locale qui veut qu’on se laisse arrosostire al sole

– littéralement, rôtir au soleil. Là, à Forte Vigliena, on ponctue les sessions bronzette de bombes enfantines sous les fortifications de la ville.

 

FullSizeRender-1

 

2/ Pour une une table toute de napperons ornée à la Trattoria la Foglia

et y déguster un formidable plat de pâtes
Via Capodica 29

 

3/ Pour le tentations culinaires du marché.

Chez Papy,

à côté de la Salumeria (tout au début de la Via Emmanuele de Benedictis, à l’opposé du Templo de Apollo), une file d’attente énorme. Patience, patience…
Heureusement, pour calmer les bouches affamées il Nonno vous fourrera des morceaux de fromage entre les dents pendant qu’il écrase l’ail de son grand couteau, découpe les tomates fondantes, casse des câpres, bourre de roquette, mélange ricotta et mozzarella entre deux énormes tranches de pain qu’il coupe ensuite dans la largeur, et hop ! un sandwich INOUBLIABLE (Jeanine ne s’en remet toujours pas et se surprend inlassablement à saliver à la seule évocation de ce sandwich de compet’.). Version avec du proscuitto existe aussi bien sûr.

 

Le soir, direction La Carnizzeria :

Escortés d’une petite brise qui caresse la peau gorgée de soleil. Les pâtes de la mamma sont à tomber par terre et les poissons succulents. Ah oui, et le vin, le VIN !!!
Via Emmanuele de Benedictis, 29

 

FullSizeRender

 

4/ Pour une nuit magique dans l’arrière-pays

Jeanine et son ami y sont allés parce qu’un bénévole à Risoul leur a dit que les parents de son ex – vous suivez ? – avaient décidé de s’installer en Sicile où ils avaient retapé une vieille auberge. Et c’est superbe. A la Casa Roselle, avec Elena et Luben, Jeanine a passé l’une des plus belles expériences de son voyage, le temps d’une soirée. Arrosée de vin local, la conversation évoque l’art, l’immigration, le partage, l’homosexualité, la difficulté d’être parent, le bonheur, le voyage, les rencontres, les fruits et légumes italiens…
Pour rencontrer ces deux artistes, il faut y aller le coeur grand ouvert et en cliquant ici.

Casa Roselle

 

FullSizeRender-2

 

Une chose est sûre, Jeanine n’attendra pas dix ans avant de retourner en Italie.

 

Envie de lire le récit de vacances d’un autre membre de l’équipe ? Par exemple, le nudisme au Levant ? Par ici !

 

*Les prénoms ont été modifiés.

Crédit photos : Jeanine herself.